Cours magistral

mai 2021

Biologie et féminismes

Dans ce cours, nous étudierons le cadre épistémologique fondé sur l’hypothèse de la différence sexuelle dans ses rapports complices et contradictoires avec des discours biologiques et féministes. En particulier nous nous demanderons comment, au nom d’une réappropriation des corps des femmes, le champ féministe des années 1970 s’est constitué contre un certain discours biologique, et en quoi nous assistons aujourd’hui à « un tournant biologique d’un nouveau genre » (Anne Emmanuelle Berger, 2020), c’est-à-dire en quoi la biologie peut servir aujourd’hui à légitimer des pratiques féministes d’appropriation des corps. Pour ce faire, nous examinerons comment les nouvelles technologies de procréation troublent l’hypothèse de la différence sexuelle, à savoir troublent les rapports entre sexe, sexualité et identités de genre.