Ateliers

Juillet 2021

août 2021

Fictions radios de l’atelier science fiction

L’atelier science-fiction a écrit toute l’année des histoires à plusieurs mains.
Pour les partager, ielles en ont fait deux fictions radios qui décrivent des mondes entre le gris et le rose, entre les marais et la ville, entre dialogue et chansons de trap.
Nous les avons écoutées lors du dernier week-end de l’école, tout.e.s sur des matelas, les yeux fermés et l’esprit vagabond.

Ateliers

Février 2021

mars 2021

L’histoire en temps réel

Au travers d’un film de Farocki et Andrej Ujica, Vidéogramme d’une révolution
qui retravaille et analyse les images de la révolution Roumaine de 1989, première révolution qui passe en live sur toutes les télévisions européennes, nous allons analyser la question du temps réel. Est-ce la télévision qui crée l’évènement en tant qu’évènement ?

Ateliers

Janvier 2021

février 2021

Image militaires : le point de vue aérien

Le but de cette séance sera de travailler sur les images militaires. Il s’agira non seulement de mettre en lumière les histoires croisées des images aérienne et du cinéma mais aussi d’étudier ce que ces images aériennes impliquent. Aussi, ce cours constitue-t-il la première partie d’une séance plus grande sur les images militaires - il sera ainsi poursuivi lors du prochain weekend de philosophie par une séance surprise. Le présent cours sera divisé en quatre parties : une micro-histoire croisée du drone et du cinéma, la modification du rapport à la guerre qui en découle, une réflexion sur les plans aériens et enfin l’adaptation de ces plans dans le cinéma.

Les quelques références mobilisées dans ce cours sont de trois ordres : audiovisuelles, cinématographiques et philosophiques. Un clip de Jay-Z réalisé par les frères Safdie aura pour vocation d’introduire la séance car résumant à lui seul un grand nombre des problématiques dont il sera question de traiter. On s’appuiera d’autre part sur la Théorie du drone de Grégoire Chamayou (2018), le Remontage du temps subi de George Didi-Huberman paru en 2010 et un cours extrait du livre Le visible et L’invisible (1988) de Maurice Merleau-Ponty. Quant aux extraits de films et documentaires, on se penchera de nouveaux sur l’oeuvre Harun Farocki et notamment sur Images du monde et inscription de la guerre (1988) ; sur un extrait de Apocalypse Now (1979) réalisé par Francis Ford Coppola et enfin sur Les Ailes du désir de Wim Wanders sorti en 1987.

Ateliers

Décembre 2020

février 2021

Images photographiques et reproductibilité technique

Le but de cette séance sera de travailler sur l’idée de reproductibilité en série. Montrer donc, comment l’image dans photo puis dans photo en cinéma s’inscrit dans un rapport industriel de la reproductibilité en série. Le cours sera divisé en trois parties : Cinéma comme art industriel, La production des images et des objets, Le montage.

Les quelques références mobilisées dans ce cours sont de deux ordres : cinématographiques et philosophiques. On se penchera sur L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1935) de Walter Benjamin et quelques extraits des films-documentaires de Harun Farocki : Industry and Photography (1979), Still Life (1990), War at a Distance (2003). Un article paru dans la revue Période permettra d’autre part de compléter les usages des images de Harun Farocki.

Ateliers

Novembre 2020

novembre 2020

Présentation des groupes du dimanche

Ces petits groupes, constitués à l’année, expérimentent ce que donne la réflexion philosophique appliquée directement à une matière non philosophique en lien avec le thème de l’année.
Cette année, il y en a 6.
Cybernétique, Ecologie, Ethologie, Harmonie, Architecture, Astronomologie.
Ci-joint les différentes présentations des groupes.

Ateliers

octobre 2020

Présentation et programme de l’atelier cinéma

« L’auteur qui a médité sur les conditions de la production actuelle [...] son travail ne sera jamais uniquement le travail sur les produits mais toujours en même temps un travail sur les moyens de production. » Walter Benjamin, « L’Auteur comme producteur ».

Une image de cinéma est possible grâce à un machine optique, objective, qui peut à la fois filmer une frappe aérienne de l’armée israélienne, des rues de métropoles ou des rayons de supermarché, des actrices ou des ouvriers en grève. Le cinéma est absolument dépendant de sa technique, quelle soit scientifique, militaire ou économique.
Cependant le cinéma remet constamment en jeu ses propres conditions. Cette réflexivité du cinéma sur sa matéralité et son historicité, nous choisissons de l’analyser tout au long de l’année à travers l’oeuvre d’Harun Farocki. Ce travail sera accompagné de lectures de textes et de visionnages d’extraits d’autres œuvres cinématographiques.

Ateliers

octobre 2020

Présentation de l’atelier féminisme

"Si nous estimons que le féminisme est davantage qu’une étiquette frivole, si nous le concevons comme une éthique, une méthodologie, une manière plus complexe de penser les conditions de la vie humaine et donc d’agir sur elles, nous avons besoin d’une connaissance de nous-mêmes qui ne peut se développer que par une attention constante et passionnée à toute l’expérience des femmes (...). S’il en est ainsi, nous ne pouvons travailler seules. Confrontons-nous plutôt à ce fait, que notre espoir de parvenir à penser à l’encontre d’une conception du monde mutilée et mutilante, cet espoir repose sur notre recherche d’une communauté de collaboratrices à qui nous ferons don de notre allégeance. Et au-delà de l’échange et des critiques adressées à propos du travail, nous devons nous demander comment nous pouvons rendre les conditions du travail plus fructueuses, non seulement pour nous-mêmes, mais l’une pour l’autre. Ce n’est pas une question de générosité.(...) La question est celle de la communauté que nous nous efforçons de constituer dans notre travail et sur laquelle nous pouvons nous appuyer ; savoir qui nous envisageons comme auditoire, nos partenaires de création, nos aiguillons ; qui nous poussera à aller plus loin dans notre travail, avec davantage de sérieux que nous ne l’aurions osé ; à partir de l’oeuvre de qui nous pourrions nous-mêmes édifier quelque chose". 

Adrienne Rich, "Ce qu’il nous faut pour oeuvrer", 1976

Ateliers

octobre 2020

Présentation de l’atelier théologie

Cet atelier est expérimental. On y parlera de théologie et de religion avec la plus totale liberté, sans pour autant dire n’importe quoi. Si la science est parfois hâtivement qualifiée de nouvelle religion aujourd’hui (en tant que discours qui a le monopole de la vérité), il n’est pas absurde, au cours d’une année consacrée aux sciences, d’apporter un contre-point théologique dans un atelier. Une des différences essentielle entre science et religion tient peut-être dans le fait que la première ne répond pas (ou plus) à la question du sens de la vie que prétendait régler la seconde. Si on ne regrette pas la main-mise que la religion a pu exercer – et exerce encore – sur la vie humaine, on peut se demander quel type de discours prend aujourd’hui en charge la recherche du sens de l’existence individuelle et collective : nous faisons le pari que la philosophie, le commentaire et la discussion peuvent y participer. Il ne s’agit pas pour autant de construire de nouvelles croyances « à partir de rien » ni de déléguer toute notre foi à un projet critique ou politique : dans notre quête, nous irons donc interroger aussi les sagesses religieuses en espérant y trouver quelques lumières. À travers une exploration très sommaire de grands textes religieux choisis par les participants à l’atelier d’une séance sur l’autre, nous nous exercerons à commenter les paroles sacrées en voyant ce qu’elles ont permis d’éclairer tout comme les zones d’ombres qu’elles continuent de projeter aujourd’hui.

Ateliers

octobre 2020

Présentation de l’atelier science-fiction

« Nous sommes plusieurs à penser, depuis notre coin d’avoine sauvage, au milieu du maïs extra-terrestre, que, plutôt que de renoncer à raconter des histoires, nous ferions mieux de commencer à en raconter une autre, une histoire que les gens pourront peut-être poursuivre lorsque l’ancienne se sera achevée. »

  • Il faudra d’abord apprendre à lire, dit Omélas en clignant des yeux.
  • Et peut-être se mettre à écrire ?, demanda Qynabys. »